Endométriose et ostéopathie

L’endométriose est une maladie gynécologique fréquente qui touche entre 10 et 15% des femmes en âge de procréer. Elle peut être à l’origine entre autres de douleurs pelviennes parfois très fortes et invalidantes. Dans une démarche pluridisciplinaire, l’ostéopathie pourra accompagner la patiente, notamment dans la prise en charge des symptômes liés à l’endométriose.

par Elodie Gréau Ostéopathe

Qu’est-ce que l’endométriose ?

Avant tout, faisons quelques rappels anatomiques.

L’utérus est tapissé d’une muqueuse interne appelée endomètre. Au début de chaque cycle menstruel, l’endomètre s’épaissit et devient richement vascularisé pour pouvoir éventuellement accueillir un embryon lors de la nidation. A la fin du cycle menstruel, s’il n’y a pas eu fécondation, une partie de l’endomètre est évacué par les menstruations.

L’endométriose est une maladie souvent évolutive, caractérisée par la formation de cellules de l’endomètre qui s’implantent en dehors de l’utérus. Les foyers d’endométriose siègent le plus souvent sur les ovaires, les trompes, les ligaments soutenant l’utérus ou sur la surface externe de l’utérus. Parfois ils peuvent se développer sur les organes avoisinants comme les intestins ou la vessie, et exceptionnellement sur des zones beaucoup plus éloignées de l’utérus.

Les foyers d’endométriose sont soumis, comme l’endomètre, à l’influence des hormones du cycle menstruel, ils se développent donc de façon cyclique et saignent.

Quelles sont les causes de l’endométriose ?

Les causes de l’endométriose sont multifactorielles. Elles sont encore mal connues, incertaines et variables d’une patiente à l’autre.

Plusieurs théories expliquent l’apparition de cette maladie, notamment celle de la menstruation rétrograde qui expliquerait qu’une partie tissu endométrial aurait reflué vers la cavité abdominale en passant par les trompes de Fallope durant les différents cycles menstruels.

Quels sont les symptômes de l’endométriose ?

Les principaux symptômes évocateurs de l’endométriose sont :

  • Les dysménorrhées (douleurs pendant les règles) sont le principal symptôme. Elles sont d’intensité variable en fonction du stade d’endométriose, peuvent résister aux antalgiques et empêcher de mener des activités quotidiennes
  • Des règles abondantes (ou ménorragies) peuvent être présentes, avec une durée souvent plus longue que la normale. Parfois des saignements en dehors des règles (métrorragies)
  • Les dyspareunies ou douleurs aux rapports sexuels si l’endométriose est située sur certains ligaments autour de l’utérus
  • Les troubles digestifs (troubles du transit, ballonnements, douleur à la défécation…) si l’endométriose est localisée sur l’intestin grêle, le côlon, le rectum
  • L’infertilité : toutes les femmes souffrant d’endométriose ne sont pas concernées mais en fonction de la localisation de la pathologie, la fertilité pourra être perturber
  • La fatigue chronique liée aux douleurs chroniques peut impacter la qualité de vie des patientes.

Dans les premiers temps, l’endométriose entraîne des troubles assez légers qui, au fil du temps, peuvent devenir de plus en plus intenses. Toutefois, il n’existe pas toujours de lien entre l’intensité des troubles et le degré de sévérité de la maladie.

Quels sont les traitements de l’endométriose ?

Les traitements sont variables d’une patiente à l’autre en fonction du degré d’endométriose et des symptômes ressentis.

Plusieurs traitements sont proposés :

  • Les traitements hormonaux : les foyers d’endométriose sont stimulés par certaines hormones sexuelles féminines (œstrogènes) au cours du cycle. Dans le but de les rendre inactifs, une pilule progestative en continu sera prescrite
  • Les antalgiques seront conseillés pour diminuer les symptômes
  • La chirurgie : dans le cadre de certaines endométrioses importantes et évolutives, la chirurgie sera proposée afin d’éliminer les différents foyers d’endométriose.

L’évolution de l’endométriose est très variable, il peut y avoir des périodes de rémission complète.

La maladie a parfois une évolution chronique et des récidives sont possibles.

L’ostéopathie est-elle bénéfique dans le cas d’une endométriose ?

L’ostéopathie ne guérit pas l’endométriose, mais elle aura pour objectif de diminuer les symptômes consécutifs à la pathologie.

La santé peut se définir comme un équilibre maintenu possible par les capacités homéostatiques du corps. L’homéostasie est la capacité de notre organisme à maintenir ses constantes lorsque les contraintes du milieu extérieur évoluent. Il arrive cependant que cet équilibre se déplace, qu’un organe assure moins bien sa fonction et cette homéostasie est perturbée, pouvant être à l’origine d’une maladie.

L’ostéopathe pourra avoir une action sur l’homéostasie par son action sur les différents systèmes (articulaire, musculaire, fascial, viscéral, vasculaire, nerveux, etc…). Les connaissances anatomiques et physiologiques approfondies de l’ostéopathe lui permettent de comprendre les liens mécaniques possibles à l’origine d’un symptôme.

Dans le cadre de l’endométriose, les différents foyers vont perturber la mobilité des organes, ligaments, viscères…touchés par la pathologie. Par exemple, si l’endométriose est localisée au niveau des ligaments utérins et des ovaires, la mobilité de l’utérus sera donc limitée et ses moyens de fixité ligamentaires également, ce qui pourra entraîner plus de congestion locorégionale et plus de douleurs.

De plus, certains ligaments relient l’utérus au bassin. Si ces ligaments ou si le bassin est en perte de mobilité, un phénomène d’entretien pourra s’installer et être à l’origine d’une augmentation des douleurs pelviennes mais parfois aussi de lombalgies.

L’ostéopathe va donc par un diagnostic palpatoire précis mettre en évidence les pertes de mobilités des différents systèmes du corps, notamment les régions où l’état de santé est perturbé par l’endométriose, et qui pourraient être à l’origine de l’augmentation de l’intensité et de la fréquence des douleurs liées à l’endométriose.

Le diagnostic et la compréhension de l’ostéopathe se feront donc localement en regard des régions perturbées par l’endométriose, mais également à distance pour pouvoir comprendre l’ensemble des mécanismes pouvant accentuer les symptômes.

Un traitement ostéopathique complet sera ensuite proposé sur ces régions afin de redonner une mobilité à l’ensemble de ces structures. Les techniques ostéopathiques utilisées seront toujours appliquées sans force et adaptées au patient et à sa pathologie.
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close